Un arbre pour la Wallonie picarde

Dynamique

C’est au début des années 2000 que se dessinent les prémices de ce qui allait devenir quelques années plus tard la Wallonie picarde. A l’époque, le Hainaut occidental, « far west » du Hainaut, peine à s’imposer sur l’échiquier wallon. Les projets lui feraient-ils défaut? Que du contraire ! Ses potentialités sont nombreuses et son ambition à la hauteur de ce qu’il a à offrir. Conscients de cette réalité, des acteurs-clé du territoire vont alors se mobiliser et unir leurs forces à la faveur d’un avenir meilleur en instaurant une réflexion autour d’une vision commune de développement. La dynamique va peu à peu s’amplifier et s’accompagner d’un changement de dénomination. Exit le Hainaut occidental, on parle désormais de Wallonie picarde. Un nouveau nom qui ne relève pas de la coquetterie sémantique mais qui traduit une réelle volonté de s’affirmer comme un territoire à part entière. 

Dès 2006, la montée en puissance de la dynamique va rapidement démontrer la nécessité de doter le territoire d’une instance de discussion : le Conseil de développement était né. Composé d’une septantaine de membres issus de tous milieux (économie, enseignement, culture, politique, …), le Conseil de développement fédère les forces vives du territoire et donne corps à la démarche. Dans la foulée, un autre organe consultatif va également voir le jour : la Conférence des Bourgmestres de Wallonie picarde. Lancée officiellement en septembre 2008, la Conférence des Bourgmestres permet aux dirigeants des communes inscrites dans la dynamique territoriale Wallonie picarde de confronter leurs opinions, de débattre des stratégies à adopter et surtout, d'affirmer une volonté et une ambition communes pour leur région. Deux structures techniques, l’asbl Wallonie picarde « WAPI 2025 » et Culture.Wapi viennent compléter le dispositif. La première se chargeant de l’animation territoriale et la seconde se concentrant plus particulièrement sur le volet culturel.