Un arbre pour la Wallonie picarde

 

Avant, votre vélo prenait régulièrement l'air lors de vos randonnées, balades et déplacements? Aujourd'hui, il prend surtout la poussière dans votre garage, débarras ou remise? Ipalle et les autres intercommunales wallonnes de gestion des déchets vous proposent de le déposer dans un recyparc proche de chez vous à l'occasion de la collecte de vélos, le samedi 22 avril prochain. Les deux-roues que vous y déposerez pourront accompagner d'autres personnes dans leurs déplacement plutôt que de finir dans le conteneur à métaux.

Envie de (ran)donner?

Déposer votre vélo au recyparc lors de cette grande collecte lui permettra de prendre un nouveau départ. Les vélos collectés seront remis à des associations - ateliers vélos, services communaux, groupements locaux, etc. - qui les remettront en état avant de les redistribuer. Ces derniers sont invités à prendre contact avec Ipalle afin de reprendre les vélos reçus.

L'action "Un vélo sympa servira deux fois" vise aussi à promouvoir le réemploi en sensibilisant la population à la prévention des déchets. Avant de jeter, pension réutilisation: nos objets en bon état, de l'électroménager au meuble en passant par la vaisselle, peuvent encore avoir un usage et faire plaisir à de nombreuses personnes. Le don, la revente, la réparation, sont autant de façons de prolonger la vie des objets. De cette façon, vous participez concrètement au développement durable.

Pour toute information: Service Communication d'Ipalle- 069 84 59 88 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Date de publication: 13/04/2017

Cette année encore a eu lieu une nouvelle édition du Championnat interscolaire des Energies renouvelables organisé par Ideta et la Confédération Parascolaire du Hainaut.

L'objectif de ce concours est de sensibiliser la jeunesse de Wallonie picarde à la protection de l'environnement et à la transition énergétique. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cette nouvelle édition a connu un beau succès puisque ce ne sont pas moins que 100 élèves qui ont mis tout leur coeur dans des projets que les membres du jury ont trouvé très intéressants.

Bravo à toutes les écoles participantes avec une mention spéciale à l'Ecole communale La Gaminerie de Lessines qui remporte le Grand Prix Ideta pour son "effet papillon" en matière d'économies d'énergie et de protection de l'environnement: sensibilisation, action aux économies d'énergie, zéro déchet, ...

Prix de la rigueur scientifique: Ecole communale de Wodecq pour la présentation de leur chauffe-eau solaire fabriqué à partir de matériaux de récupération.

Prix de l'engagement collectif et de l'implication: Ecole communale d'Havinnes pour leur projet d'éclairage écologique du panneau d'information à l'entrée de l'école.

Prix de l'ancrage territorial: Ecole communale de Gaurain pour leur projet de biomasse et la construction d'un bac de compostage pour leur mini-ferme.

Prix de l'originalité et Prix du public: Ecole communale Georges Roland d'Ath pour leur projet de poubelle téléguidée.

Prix de la solidarité internationale et de la connaissance théorique: Ecole communale Jean Noté de Tournai pour leurs gestes quotidiens afin de diminuer l'impact écologique des comportements ici et là-bas.

Les organisateurs donnent d'ores et déjà rendez-vous à la prochaine rentrée de septembre pour l'édition 2017-2018 du Championnat des Energies renouvelables de Wallonie picarde.

 

Date de publication: 04/04/2017

 

C'est avec les yeux tournés vers l'avenir que les membres du Conseil de développement ont abordé la séance plénière de ce 30 mars. Alors que 2025 se rapproche, ils souhaitent relancer une démarche prospective à l'horizon 2050. L'objectif? Penser et anticiper le territoire de demain pour aboutir à une vision stratégique pour les prochaines décennies. 

Si comme pour la précédente démarche prospective cela se fera avec l'accompagnement de spécialistes en la matière, l'ambition est aussi, et surtout, de recourir aux nouvelles méthodes participatives.

A cet égard, l'idée est de s'inspirer de l'événement "CO-construire" basé sur la rencontre des intelligences collectives qui se tiendra du 29 août au 1er septembre 2017 sur le territoire.

Mais avant de se lancer dans une démarche telle que celle-là, il était essentiel de faire un point sur l'état actuel des choses. WAPI 2025, est donc revenue vers le Conseil de développement avec les résultats de l'évaluation intermédiaire pour laquelle elle avait été mandatée durant le dernier trimestre 2016.

Et ceux-ci sont plutôt encourageants puisque après deux ans d'existence, la version actualisée du Projet de Territoire est bel et bien en marche avec un taux de mobilisation (il est tenu compte des projets terminés, en cours et en lancement) de 61%. Légèrement inférieur, le taux d'effectivité (il est tenu compte des projets terminés et en cours) atteint tout de même pas moins de 53%.

A noter que pour les projets en stand-by, la principale cause identifiée à ce stade est l'absence des financements nécessaires.

Au rayon des réalisations, on peut notamment épingler le "projet 107" qui permet de réduire le nombre des hospitalisations psychiatriques, ou à tout le moins leur durée, par le déploiement d'équipes mobiles, la création de l'asbl Maison des Sports de Wallonie picarde dont l'ambition est de fédérer l'ensemble des acteurs du territoire, la réalisation et la diffusion d'émissions TV sur l'économie et l'emploi en Wallonie picarde, la réalisation d'une brochure dédiée à la ruralité, le festival "Les Inattendues" ou encore le lancement du WAP-e, l'annuaire en ligne des associations de Wallonie picarde.

Il est important de souligner que parmi les projets identifiés comme étant en cours, certains peuvent d'ores et déjà se targuer d'un niveau d'avancement très poussé. C'est le cas, entre autres, de projets d'équipement en énergies renouvelables ou d'infrastructures économiques.

 

Date de publication: 31/03/2017

Après des mois de montage du projet, « Un arbre pour la Wallonie picarde » a pris officiellement son envol ce 21 mars. Réunies à Beloeil, les parties prenantes ont planté 23 arbres symbolisant les 23 communes du territoire investies dans ce projet éco-citoyen et solidaire.

Objectif : un arbre par habitant à l’horizon 2025

Initié conjointement par le Conseil de développement et la Conférence des Bourgmestres, le projet « Un arbre pour la Wallonie picarde » ambitionne de faire de la Wallonie picarde un territoire vert du 21ème siècle. Comment ? En encourageant et en soutenant la plantation d’arbres sur le territoire avec pour objectif de parvenir à un arbre par habitant à l’horizon 2025, soit 350.000 arbres plantés en dix ans. Face à l’importance de l’enjeu, tant sur le plan environnemental que sur les aspects liés au maintien et à l’affirmation de l’identité de territoire, le projet est fort de l’adhésion des forces vives mais pas que. Conçu comme un projet participatif, « Un arbre pour la Wallonie picarde » se nourrit également de la mobilisation citoyenne. Particulier, association, école, … chacun peut, à son niveau et dans sa sphère de compétence, s’inscrire dans la dynamique de manière individuelle ou collective. C’est d’ailleurs avec la volonté de mettre en avant cette dimension participative que les membres du comité de pilotage du projet ont imaginé l’événement de lancement. Et parce que les arbres constituent un patrimoine qui se transmet de génération en génération, la participation d’enfants leur est très vite apparue comme une évidence. Un appel entendu par les écoles communales de l’entité beloeilloise qui ont emmené trois classes de primaire sur le terrain jouxtant le centre culturel Jean Degouys à Quevaucamps pour assister aux premières heures de ce qui deviendra un verger collectif destiné à être approprié par les habitants pour devenir un lieu de vie, d’échanges et de partage. Notons aussi que les plantations étaient encadrées par des étudiants de l’IPES Ath et de l’IPES Tournai venus prêter main forte aux organisateurs.

Fait du hasard, la localisation du jour n’est pas sans rappeler les origines du gagnant du concours lancé, fin 2016, auprès des jeunes du territoire pour la création de l’identité visuelle du projet. Au terme de la procédure de sélection, c’est en effet la proposition de Denis Cambier âgé de 28 ans et originaire de Beloeil qui avait séduit les membres du jury.

Une action phare qui donne le coup d’envoi du compteur

L’action phare du jour, la plantation des 23 arbres, est hautement symbolique puisque ceux-ci représentent les 23 communes du territoire investies dans ce projet qui transcende les « frontières » communales. De Comines-Warneton à l’Ouest à Enghien à l’Est, les communes constituent un maillon essentiel de la dynamique qu’elles seront amenées à soutenir par le développement de projets sur l’espace public, la mise à disposition de parcelles, la promotion ou encore, l’aide technique.  

Outre l’aspect symbolique qu’elles contribuent à mettre en avant, ces plantations donnent également le coup d’envoi du compteur qui permettra, à l’avenir, de monitorer l’avancement du projet et la progression vers l’objectif de 350.000 arbres. Ce compteur constitue d’ailleurs l’un des éléments clé du site internet officiellement mis en ligne dans la foulée de l’événement de lancement.

Un site vitrine pour le projet

Avec la mise en ligne du site dédié au projet www.unarbrepourlawapi.be, quiconque s’intéresse au projet y trouvera toutes les informations utiles. Outre les explications sur la philosophie du projet et la possibilité d’accéder à toute une série de documents à vocation pédagogique, l’internaute accédera très facilement à un guide de plantation, une liste de partenaires potentiels, un répertoire des espèces recommandées, … Bref de quoi s’inscrire dans la dynamique en cours et favoriser ainsi le réseautage qui constitue une dimension importante dans ce projet éco-citoyen et solidaire. Aussi et surtout, le site est conçu pour être collaboratif. Concrètement, toute personne souhaitant mentionner et localiser son action de plantation sur la carte interactive aura la possibilité en quelques clics d’encoder son projet. 

 

Date de publication: 21/03/2017

 

 

Il y a un peu plus d'un an, le Conseil de développement dévoilait son projet "Un arbre pour la Wallonie picarde" dont l'ambition est de planter 350.000 arbres en dix, soit un arbre par habitant à l'horizon 2025.

Les mois ont passé et le projet s'est peu à peu construit, nourri par de nombreux échanges entre acteurs de divers horizons. Le moment est maintenant venu de procéder à son lancement officiel.

Celui-ci se déroulera le 21 mars prochain à Beloeil. A cette occasion, les 23 communes du territoire procéderont aux 23 premières plantations qui donneront le coup d'envoi officiel du compteur.

Adresse du jour: Centre culturel Jean Degouys - Rue Joseph Wauters 20 à 7972 Quevaucamps.

Intéressé(e)? Inscrivez-vous en cliquant ici.

 

 

Date de publication: 14/03/2017