Un arbre pour la Wallonie picarde

Carton plein pour l'événement de lancement du projet "Un arbre pour la Wallonie picarde"

Après des mois de montage du projet, « Un arbre pour la Wallonie picarde » a pris officiellement son envol ce 21 mars. Réunies à Beloeil, les parties prenantes ont planté 23 arbres symbolisant les 23 communes du territoire investies dans ce projet éco-citoyen et solidaire.

Objectif : un arbre par habitant à l’horizon 2025

Initié conjointement par le Conseil de développement et la Conférence des Bourgmestres, le projet « Un arbre pour la Wallonie picarde » ambitionne de faire de la Wallonie picarde un territoire vert du 21ème siècle. Comment ? En encourageant et en soutenant la plantation d’arbres sur le territoire avec pour objectif de parvenir à un arbre par habitant à l’horizon 2025, soit 350.000 arbres plantés en dix ans. Face à l’importance de l’enjeu, tant sur le plan environnemental que sur les aspects liés au maintien et à l’affirmation de l’identité de territoire, le projet est fort de l’adhésion des forces vives mais pas que. Conçu comme un projet participatif, « Un arbre pour la Wallonie picarde » se nourrit également de la mobilisation citoyenne. Particulier, association, école, … chacun peut, à son niveau et dans sa sphère de compétence, s’inscrire dans la dynamique de manière individuelle ou collective. C’est d’ailleurs avec la volonté de mettre en avant cette dimension participative que les membres du comité de pilotage du projet ont imaginé l’événement de lancement. Et parce que les arbres constituent un patrimoine qui se transmet de génération en génération, la participation d’enfants leur est très vite apparue comme une évidence. Un appel entendu par les écoles communales de l’entité beloeilloise qui ont emmené trois classes de primaire sur le terrain jouxtant le centre culturel Jean Degouys à Quevaucamps pour assister aux premières heures de ce qui deviendra un verger collectif destiné à être approprié par les habitants pour devenir un lieu de vie, d’échanges et de partage. Notons aussi que les plantations étaient encadrées par des étudiants de l’IPES Ath et de l’IPES Tournai venus prêter main forte aux organisateurs.

Fait du hasard, la localisation du jour n’est pas sans rappeler les origines du gagnant du concours lancé, fin 2016, auprès des jeunes du territoire pour la création de l’identité visuelle du projet. Au terme de la procédure de sélection, c’est en effet la proposition de Denis Cambier âgé de 28 ans et originaire de Beloeil qui avait séduit les membres du jury.

Une action phare qui donne le coup d’envoi du compteur

L’action phare du jour, la plantation des 23 arbres, est hautement symbolique puisque ceux-ci représentent les 23 communes du territoire investies dans ce projet qui transcende les « frontières » communales. De Comines-Warneton à l’Ouest à Enghien à l’Est, les communes constituent un maillon essentiel de la dynamique qu’elles seront amenées à soutenir par le développement de projets sur l’espace public, la mise à disposition de parcelles, la promotion ou encore, l’aide technique.  

Outre l’aspect symbolique qu’elles contribuent à mettre en avant, ces plantations donnent également le coup d’envoi du compteur qui permettra, à l’avenir, de monitorer l’avancement du projet et la progression vers l’objectif de 350.000 arbres. Ce compteur constitue d’ailleurs l’un des éléments clé du site internet officiellement mis en ligne dans la foulée de l’événement de lancement.

Un site vitrine pour le projet

Avec la mise en ligne du site dédié au projet www.unarbrepourlawapi.be, quiconque s’intéresse au projet y trouvera toutes les informations utiles. Outre les explications sur la philosophie du projet et la possibilité d’accéder à toute une série de documents à vocation pédagogique, l’internaute accédera très facilement à un guide de plantation, une liste de partenaires potentiels, un répertoire des espèces recommandées, … Bref de quoi s’inscrire dans la dynamique en cours et favoriser ainsi le réseautage qui constitue une dimension importante dans ce projet éco-citoyen et solidaire. Aussi et surtout, le site est conçu pour être collaboratif. Concrètement, toute personne souhaitant mentionner et localiser son action de plantation sur la carte interactive aura la possibilité en quelques clics d’encoder son projet. 

 

Date de publication: 21/03/2017